À propos de l'auteure

 

  

   Louise Desautels, native du Québec, a œuvré une grande partie de sa vie dans le domaine administratif, mais dans son for intérieur demeurait un besoin inassouvi de créativité et d’expression. Sa nature curieuse, sensible, ainsi que sa grande passion pour les arts et le sport, qu’elle éprouve depuis sa tendre enfance, ont toujours été accompagnées d’une imagination débordante. Son côté déterminé, jovial et humoristique, hérité de son père qu’elle a perdu dans sa jeune vingtaine, l’a toutefois aidée à affronter des épreuves marquantes, dont le décès de son premier enfant à mi-grossesse et le suicide de son conjoint en 2008. Ce dernier événement a bouleversé totalement son monde et celui de son fils alors âgé de 15 ans et celui de sa fille de 17 ans.

     Ce passage difficile de sa vie l’amènera à quitter son emploi en tant que directrice générale et trésorière d’une municipalité pour entamer un parcours de guérison. Elle s’intéresse au sujet pour mieux comprendre et aider ses enfants en plus d’elle-même à surmonter la perte. Elle suit alors une formation en intervention de crise suicidaire ainsi qu’en accompagnement et suivi de deuil. En 2013 naitra son premier livre, Si j’avais su… s’ouvrir pour prévenir le suicide, qui témoigne de ce vécu qu’elle a partagé aussi par le biais de conférences.

     Elle a appris beaucoup en échangeant avec les gens qu’elle a rencontrés dans les divers salons du livre et autant de ceux qui ont assisté à ses conférences. Lors d’un congrès sur la prévention du suicide, elle constate l’ampleur de la détresse des adolescents. Interpellée par la souffrance de ce mal-être, qui provient souvent de l’enfance, elle prend conscience qu’il est primordial de solidifier nos racines à la base. Elle se donne donc comme mission d’aider les jeunes à se reconnecter à leur force intérieure, à leur intuition, à leurs rêves et surtout à leurs passions, pour faire face aux nombreux défis qui les attendent sur leur route.

     L’idée de ce roman lui est venue en réfléchissant au parcours de son fils à la suite du suicide de son père. Tristesse, colère, culpabilité, incompréhension et questionnements l’avaient mené au décrochage scolaire, à la perte d’intérêt pour ses activités sportives et à se replier sur lui-même. Mais aujourd’hui, elle vous rassure, il va très bien et en est même ressorti grandi. Pour sa part, toutes les démarches entreprises pour accompagner ses deux adolescents dans cette épreuve lui ont grandement servi dans l’écriture de ce récit initiatique.

     Le titre du livre, quant à lui, est venu d’un rêve. D’un ciel illuminé d’étoiles multicolores est apparue une fenêtre noire s’ouvrant à partir de son centre, y dévoilant le mot GALACTÉE. L’auteure s’est longtemps questionnée sur la signification de ce mot et de ce rêve, car l’émotion rattachée à ce décor féerique était si intense et lui semblait si réelle. 

     Elle en comprit tout le sens le jour où sa plume déposa ce mot sur la première page de ce récit. En éternelle rêveuse, à croire que tout est possible, elle se laissa transporter dans cet univers aussi magique que celui de son rêve. Et ce rêve se réalisa…

     Habitée du désir d’aller toujours plus loin dans son cheminement de vie, et par l’envie de nouveaux défis, elle aspire à présenter des conférences et à organiser des ateliers pédagogiques qui lui permettront de dialoguer avec les jeunes pour leur rappeler qu’ils ont le droit de rêver grand. En partageant ses propres expériences de vie, elle désire vivement les accompagner, avec une touche d’humour, pour les aider à prendre conscience qu’ils ont tous en eux un grand maître qui n’attend qu’à se dévoiler et à se faire entendre pour les aider à prendre leur envol en toute liberté dans ce grand jeu qu’est la vie.